Toxic, épisode 1 : Homo-putridus – Stéphane Desienne – Walrus Edition

thumb-toxic

Titre : Toxic, Episode 1 : Homo-Putridus

Auteur : Stéphane Desienne

Editions : Walrus

Prix : 0 € (pour le premier tome, les autres : 1,49 €)

Résumé :

La race humaine tente vaille que vaille de survivre au sein de poches de résistance dispersées. La Terre n’est plus qu’un vaste champ de ruines aux ressources de plus en plus rares. Pour en arriver à un tel cauchemar, notre monde aura dû affronter deux fléaux: un virus inconnu et dévasteur a d’abord décimé la population — la transformant en hordes de zombies — puis débarquèrent des étoiles ceux qui auraient pu être les sauveurs : une armada extra-terrestre. Hélas, pour ces aliens, les hommes ne sont que du bétail dont la chair est un mets des plus appréciés outre-espace… à condition qu’ils ne soient pas contaminés! Car transformés en morts-vivants, les humains n’ont plus aucune valeur. Depuis son Q.G. de Dubaï, Naakrit dirige les opérations qui feront de lui un alien riche : collecter des humains sains et en gérer l’exportation pour ses clients.

Mais avant d’amasser sa fortune, il devra composer avec deux problèmes épineux: Jave, un émissaire venu surveiller son activité, et la prolifération du virus zombie qui menace ses capacités d’approvisionnement. Pendant ce temps, un groupe d’humains cherche à échapper aux zombies et aux extraterrestres. Bien malgré elle, Elaine, une infirmière au caractère bien trempée, endosse le rôle de meneur. Autour d’elle, des hommes et des femmes perdus dans un monde sans repère: Masters est un colonel de l’armée US, Alva une ex-starlette. Bruce est étudiant en biologie, et Hector un ancien dealier colombien tout juste sorti de prison. Et puis, il y a Dew. Un adolescent muet — peut-être autiste— dont personne ne sait rien.

(Source)

Avis :

Depuis avant 2012 (pseudo-date fatidique oblige), la fin du monde et autres apocalypses sont à la mode. A quelle sauce va-t-on être mangé ? Aliens, zombies, ou catastrophes naturelles ? Quel virus viendra frapper notre monde pour n’en faire qu’un tas de cendre encore fumantes ? De plusieurs maux possibles, généralement, les auteurs en choisissent un et nous entrainent dans des histoires plus ou moins abracadabrantes d’apocalypse. Stéphane Desienne, lui, s’est dit pourquoi pas tout avoir ? Ainsi, dans Toxic, les aliens côtoient (ou plutôt composent avec) les zombies et les humains. Le but des uns et des autres (exception faite des zombies dont on ne comprend pas bien le dialecte local) est le même : trouver le fameux remède miracle pour assainir la population humaine. Seules les motivations changent. Les différentes races d’aliens veulent rendre la population humaine viable à la consommation (parait que les phalanges humaines sont des mets de choix), alors que pour les humains, il s’agit de sauver leurs proches, de vivre en harmonie, de repeupler la planète, de sauver le monde, toussa toussa quoi.

En soi, l’intrigue et la façon d’amener le thème n’a rien de classique. Exception faite de certains personnages qui se révèlent être des stéréotypes du genre : ainsi, on ne peut échapper au Marine entrainé, à l’infirmière qui veut sauver tout le monde ou au mec qui a survécu on ne sait trop comment. D’ailleurs, on ignore pas mal de chose sur ces personnages. Leur rencontre, au début du livre, se fait un peu par « hasard », mais quelle est réellement la part de hasard là-dedans ? De nombreuses questions restent sans réponse, instaurant un suspense et des attentes qui, on l’espère, seront comblées dans les volumes suivants. Malgré tout, le lecteur devra jongler entre pas mal de persos. Si les personnages humains sont facilement reconnaissables, de part leur caractère notamment, les aliens sont, eux, beaucoup plus délicats à identifier clairement. Ce n’est certes pas le cas des deux principaux, Naakrit et Jave, mais pour les autres, les choses sont un peu plus flous. Ce qui est dommage, d’une certaine façon, sans être réellement problématique pour le lecteur.

Là où l’on touche, par contre, un point qui m’a légèrement dérangé à la lecture, c’est dans le style de l’auteur. Attention, je ne dis pas que c’est mal écrit (ce qui n’est absolument pas vrai, d’ailleurs, bien au contraire). Mais la succession de phrase courte voire très courte dans des passages narratifs ou descriptifs m’a donné une impression de lecture saccadé, où le rythme de l’action en pâtissait parfois. Etrangement (à moins que ce soit fait exprès auquel cas, je suis totalement passée à côté, désolée ^^’), ces passages de phrases courtes sont pas mal localisés dans les chapitres écrits du points de vue des humains, même si ceux des aliens n’en sont pas dépourvus. Au final, ce petit point de détail aura ralentit ma lecture, ou m’aura fait butter sur certains passages pourtant exempt d’actions à proprement parlé.

Pour conclure, malgré quelques détails, Toxic est une série intéressante, qui a pas mal de potentiel. L’avantage, c’est que les éditions Walrus propose ici un premier épisode gratuit, de façon à ce que le lecteur puisse tester et se faire une opinion. Opinion favorable, pour ma part, qui ne tardera pas à se plonger dans le second épisode (Site B) avec plaisir.

Points forts :

  • Une « fin du monde » originale
  • Un suspense bien dosé
  • Des personnages intéressants (notamment Dew)

Points faibles :

  • Beaucoup de personnages
  • Accumulation de phrases courtes qui donnent un rythme trop saccadé à l’ensemble (pas toujours cependant)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s