Roald Dahl : Un univers onirique unique

Ecrite dans le cadre d’un concours de chronique par le site internet WeLoveWords, cette chronique sur l’univers de Roald Dahl (à l’occasion de la nouvelle édition par Gallimard) n’a cependant pas « gagné ». Comme il me semblait dommage de n’en faire profiter que mon disque dur externe sur lequel elle dort, je me suis dit que j’allais vous en faire profiter en la postant ici.

Bonne lecture !

Qui n’a jamais rêver de visiter une usine de chocolat ? De voir le monde à bord d’un ascenseur de verre ? Ou encore de vivre dans une grosse pêche ?

Que ce soit Charlie et la Chocolaterie, Charlie et le Grand Ascenseur de verre, ou encore James et la grosse pêche, les histoires de Roald Dahl ont et continuent de bercer des générations d’enfants. Ses histoires font voyager, explorent contrées et lieux mystérieux, et s’adressent aussi bien aux enfants qu’aux adultes. Souvent adapté au cinéma, Roald Dahl reste un auteur emblématique de la littérature jeunesse du XXème siècle. A l’occasion de l’anniversaire de la parution de certains de ses ouvrages les plus emblématiques, Gallimard Jeunesse propose au public une réédition de ces histoires qui n’ont pas fini de nous faire rêver.

Retour sur cet auteur emblématique à l’imaginaire foisonnant…

 Les enfants d’abord

Icône de la littérature jeunesse, Roald Dahl commence par publier une littérature plus adulte, faite d’humour noir et de textes à suspense. Ce sont ses quatre enfants qui le poussent vers les terres encore inconnues des univers fantastiques. Sa volonté d’inventer des histoires pour ses enfants, plus longues, plus gaies que ce qu’il écrivait déjà, le pousse à explorer des rêves et autres sources d’émerveillement. Ainsi nait James et la grosse pêche en 1961. Le livre est un succès, comme le suivant, Charlie et la chocolaterie, trois ans après.

L’imaginaire de Dahl s’épanouit à mesure qu’il raconte ces histoires où l’enfant y a une place prépondérante. Découverte du monde, des autres, de la société en général, le tout agrémenté de quelques leçons moralistes sous-jacentes, Roald Dahl réinvente les contes et les fables pour les adapter à son univers. L’exemple le plus flagrant réside dans Charlie et la Chocolaterie, via les différents travers des enfants invités à visiter l’usine de Willy Wonka : la gourmandise, les caprices, ou l’impétuosité de certains enfants. Chacun sont « punis » d’une façon ou d’une autre, pour n’en rester qu’un à la fin : le gentil Charlie, qui, malgré sa condition, n’a pas cédé à la tentation.

Les contes de Roald Dahl étant destiné à ses enfants en tout premier lieu, il est assez aisé d’envisager qu’à travers eux, l’auteur cherchait à les éduquer, à leur faire passer les valeurs qui lui étaient chers. C’est aussi là toute la valeur symbolique des écrits de Roald Dahl : ils parlent à tout un chacun, par la portée universelle de son message, par l’imaginaire foisonnant et la propension de l’auteur à faire voyager son lecteur, petit ou grand, de situations improbables en lieux magiques. Autant de lieux qui s’adressent directement à notre âme d’enfant, qui nous touche par sa clarté, la gentillesse et la tendresse des personnages, ou encore faisant échos à des désirs profonds : qui n’a jamais rêvé d’un fleuve de chocolat ? De visiter le monde sans bouger ? De rencontrer des pirates ou d’explorer des contrées inconnus ?

 Un univers onirique unique

La principale force de Roald Dahl réside dans la transformation de choses communes en éléments oniriques. Les délires de l’imagination de l’auteur métamorphosent le commun en spectaculaire, l’ordinaire en insolite, en surréaliste. Le monde réel s’efface pour laisser l’onirisme de ce monde inventé et pourtant, par certains aspects, proche du notre. Sans doute est-ce là que se cache l’immortalité des textes de Dalh : dans la propension à ajouter au quotidien cette touche magique qui forme les épopées les plus palpitantes.

Ainsi, tous les éléments sont faits soit pour émerveiller, soit pour faire rire, l’humour étant une touche essentielle et indispensable de l’univers de Roald Dahl. Même la mort revêt un potentiel humoristique et léger, par les situations dans lesquelles elle est présentée, par les conséquences et la façon de le raconter. Peu nombreuse dans les livres de Roald Dahl, elle est tout de même présente.

Cependant, les deux thèmes récurrents dans l’imaginaire de Dahl sont la gourmandise et le voyage. Ses personnages s’évadent, voyagent, découvrent et goûtte ce qui les entoure. A leurs risques et périls, souvent, pour le plus grand plaisir du lecteur, toujours. A tel point que la femme de l’auteur compile dans son ouvrage Les Irrésistibles recettes de Roald Dahl l’ensemble des recettes des plats évoqués dans les différents romans de son époux.

Gourmandise, voyage, onirisme et découverte, tels pourraient être les mots tentant de résumer les écrits de cet auteur foisonnant et passionnant. Mais ce serait là réduire le talent et l’infini d’un imaginaire qui n’a cessé d’envoûter les enfants, les adultes nostalgiques ou ceux qui veulent juste plonger (ou replonger) dans ces univers palpitants.

Avec cette réédition collector, Gallimard Jeunesse saura toucher un public plus large que jamais, faisant redécouvrir des textes inimitables, et proposant l’embarquement quasi immédiat vers un ailleurs rêvé.

Prêt à embarquer ? L’ascenseur vous attend. A son bord, les huit volumes estampillés Gallimard vous serviront de guide.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s